Lancement du Fonds d’innovation pour le developpement

Parsiwa-admin

Lancement du Fonds d’innovation pour le developpement

lancement_find_v2

Le 10 octobre 2012, le Gret a officiellement lancé le Fonds d’innovation pour le développement (Find), lors d’un événement rassemblant des professionnels de la Responsabilité sociale et environnementale (RSE) et des partenariats ONG-entreprises. Un an après sa création, le Gret a présenté le fonds de dotation à l’occasion de son premier partenariat avec une entreprise, Suez environnement, à travers le Fonds Suez Environnement Initiatives.
L’innovation pour le développement en question
Il est désormais admis de tous que le développement n’est pas le plaquage de modèles du Nord dans les pays du Sud. Le monde compte encore 1,3 milliard de pauvres et 900 millions de personnes souffrant de la faim : de tels chiffres montrent bien que les solutions pour le développement restent encore à inventer. L’innovation technique et sociale est clé pour trouver, avec les acteurs privés et les populations concernées, des solutions pérennes, efficaces et adaptées. Pourtant, les logiques des bailleurs traditionnels ne facilitent pas toujours la recherche d’innovation. Celle-ci ne permet pas toujours de prévoir les résultats, implique des durées plus longues, et va au-delà de la logique de projet pour s’inscrire dans des problématiques de développement plus globales.

Trois représentants pays du Gret, au Burkina Faso, en Haïti et au Vietnam, témoignent de l’importance d’innover pour le développement sur le terrain pour répondre aux besoins des populations. Ils font part des difficultés inhérentes à la logique de projet et aux mécanismes actuels de financement du développement, montrent comment le Gret parvient à innover à travers trois projets réussis, et émettent des recommandations pour les bailleurs publics et privés de la lutte contre la pauvreté et les inégalités.

Innovation pour le développement : regards du terrain

Les entreprises et la recherche d’innovation pour le développement
Parce que leurs clients se trouvent dans les pays du Sud, que leur environnement de travail se heurte aux défis de la pauvreté, ou qu’elles souhaitent amoindrir leurs impacts négatifs sur les sociétés, les entreprises contribuent également au développement. Mais spécialistes de leur métier, elles disposent peu de la connaissance des populations pauvres du Sud, des notions de développement, d’innovation sociale dont les ONG sont expertes. C’est de la réunion de ces deux approches que peuvent naitre des modèles et solutions innovants pour le développement.

Pour Anthony Bouthelier, vice-président du Comité des investisseurs en Afrique (Cian), travailler avec les ONG est une nécessité : « dans les pays où l’administration est défaillante, les entreprises sont obligées de faire appel aux ONG pour s’occuper de l’environnement dans lequel elles travaillent. Mais il ne faut pas se tromper de mission, rappelle-t-il, l’objectif des entreprises est de développer leur business, on ne peut pas faire de l’abus de bien social».

« Je suis persuadé que des collaborations sont possibles entre les ONG et les entreprises, tout en permettant que chacun garde son âme » déclare Pierre Jacquemot, président du Gret et président du Find. « Les entreprises sont des acteurs de la mondialisation et si nous prétendons avoir un effet sur cette mondialisation, nous devons travailler avec les entreprises », renchérit Bénédicte Hermelin, directrice du Gret. Claire Kaboré, représentante du Gret au Burkina Faso, ajoute que les entreprises, inscrivant l’innovation comme moyen d’action de leurs politiques, sont « bien placées » pour comprendre les besoins d’innovation des ONG et appuyer ces démarches.

Convaincu que les entreprises peuvent contribuer au développement, le Gret a développé de réelles collaborations avec des entreprises. Depuis 2006, le Gret compte une cinquantaine de partenariats avec une vingtaine d’entreprises, notamment dans les domaines de l’eau et l’assainissement, l’énergie et la nutrition. Parmi les entreprises ayant fait confiance au Gret, on cite par exemple Suez environnement, GDF Suez, Danone, Véolia, Accenture, fondation Société générale, fondation Orange, fondation Grameen-Crédit agricole, fondation Poweo, fondation AFP, Malongo, Enea consulting, la fondation PPR, etc.
Find ou l’histoire du fonds d’innovation pour le développement
« Tout a commencé par une histoire d’innovation ratée ! raconte Bénédicte Hermelin, directrice du Gret. En 1990, le Gret a développé un système innovant de crédits à base de marmites pour permettre aux paysans cambodgiens de faire du sucre de palme. Le système devait se rémunérer grâce à l’inflation, mais les marmites ont échappé à l’inflation ! Alors nous sommes revenus aux crédits « classiques » et en 2000, nous avons créé l’institution de microfinance Amret. Aucun investisseur n’ayant souhaité nous rejoindre en dehors de la Sidi, le Gret est devenu investisseur à 80% (65 000 dollars) et au bout de six ans nous avons revendu la moitié de nos parts pour 925 000 euros ! Cet argent, nous avons voulu l’utiliser pour faire ce qu’on sait faire, des projets innovants pour le développement. C’est ainsi que le fonds de dotation Find est né, et que nous l’avons doté d’un million d’euros. » Benoit de Juvigny, secrétaire général adjoint de l’Autorité des marchés financiers et président du Comité d’investissement de Find, complète : « Le fonds de dotation est un outil très original créé par le loi de modernisation de l’économie de 2011 qui crée une personnalité morale affectée à une mission d’intérêt général. Le Gret a créé le Find car il voulait garantir que la plus-value de la vente des parts d’Amret soit affectée pour longtemps à des objectifs proches de ceux du Gret. Le comité consultatif d’investissement garantit que l’investissement est utilisé pour la mission impartie. En créant ce fonds avec les garanties qu’il apporte, Find peut attirer des financements tiers. » Aujourd’hui, le Find répond à une demande croissante des entreprises d’approfondir les partenariats stratégiques. « Find est un outil qui va nous permettre de travailler avec des entreprises pour trouver ensemble des solutions innovantes pour le développement, explique Bénédicte Hermelin.

Et la première entreprise avec laquelle Find a développé un partenariat, c’est Suez environnement. Bernard Guirkinger, directeur général adjoint de Suez environnement et président du Fonds Suez environnement initiatives, témoigne : « Nous intervenons en partenariat avec le Gret depuis plusieurs années en Haïti ou à Madagascar, et nos équipes apprécient beaucoup son professionnalisme. Nous sommes contents d’être partenaires de ce fonds de dotation » Le Fonds Suez environnement initiatives appuie la recherche de modèles innovants d’accès à l’eau potable dans les petites villes du Cambodge et de Madagascar, dans le cadre de l’initiative Isea: « Cette démarche de travail au Cambodge, pour aider des opérateurs privés à développer leurs activités, est très originale et innovante, ajoute Bernard Guirkinger, il faut en effet que plus d’opérateurs privés se développent »

Voir le projet Isea soutenu par Suez environnement initiatives

Pierre Jacquemot le rappelle « Grâce aux revenus du placement de sa dotation et aux dividendes d’Amret, le Gret est à ce jour avec Suez environnement, le plus gros bailleur de Find ». Ainsi, Find finance déjà trois autres initiatives innovantes pour le développement, dans les domaines de la protection sociale en santé, de la nutrition et de la recherche de débouchés pour la filière bambou.

Voir les 4 projets financés
En savoir plus

Vous êtes une entreprise et la démarche de Find vous intéresse ? Contactez-nous : find@gret.org ou 01 70 91 92 76
Voir la plaquette du Find
Voir le communiqué de lancement
Plus d’information sur Find : www.gret.org/find

 

À propos de l’auteur

siwa-admin administrator